Attendre le St-Esprit

Louange




Je m'attends à toi




La bénédiction




Tu frayes un chemin



Méditation


Pourquoi les disciples ont dû attendre la promesse du Père à Jérusalem ?


Actes 1.4

Alors que Jésus se trouvait avec eux, il leur commanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre la promesse du Père.


Le Seigneur savait que les disciples ne réalisaient pas encore l’ampleur de la mission qu’il leur confiait ni les difficultés, mais il les prépare :


Actes 1.8

Vous recevrez de la puissance, le Saint Esprit venant sur vous ; et vous serez mes témoins à Jérusalem et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’au bout de la terre.


Il veut donc qu’ils attendent à Jérusalem l’accomplissement de la promesse de l’Esprit Saint.


Ce n’était pas la première fois que les disciples entendaient le Seigneur parler du Saint Esprit, appelé « la promesse du Père », parce qu’il était promis dans l’A.T. :


Esaïe 32.15

Un jour, le Seigneur répandra sur nous son Esprit. Alors les terres incultes deviendront un verger et le verger une forêt.


Ezékiel 36.27

Je mettrai en vous mon Esprit, je vous rendrai ainsi capables d’obéir à mes lois, d’observer et de pratiquer les règles que je vous ai prescrites.


Joël 2.29

Même sur les serviteurs et les servantes, je répandrai mon Esprit en ces jours-là.


Durant son ministère terrestre, en particulier lors de son entretien avec ses disciples dans la chambre haute à Jérusalem, il leur avait parlé du Consolateur qui viendrait en son nom :


Jean 14.16-26

16 Je demanderai au Père de vous donner quelqu’un d’autre pour vous venir en aide, afin qu’il soit toujours avec vous :

17 c’est l’Esprit de vérité. Le monde ne peut pas le recevoir, parce qu’il ne peut ni le voir ni le connaître. Mais vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure avec vous et qu’il sera toujours en vous.

18 Je ne vous laisserai pas seuls comme des orphelins ; je reviendrai auprès de vous.

19 Dans peu de temps le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez, parce que je vis et que vous vivrez aussi.

20 Ce jour-là, vous comprendrez que je vis uni à mon Père et que vous êtes unis à moi et moi à vous.

21 « Celui qui retient mes commandements et leur obéit, voilà celui qui m’aime. Mon Père aimera celui qui m’aime ; je l’aimerai aussi et je me montrerai à lui. »

22 Jude — non pas Judas Iscariote — lui dit : « Seigneur, comment se fait-il que tu doives te montrer à nous et non au monde ? »

23 Jésus lui répondit : « Celui qui m’aime obéira à ce que je dis. Mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, mon Père et moi, et nous habiterons chez lui.

24 Celui qui ne m’aime pas n’obéit pas à mes paroles. Ce que vous m’entendez dire ne vient pas de moi, mais de mon Père qui m’a envoyé.

25 Je vous ai dit cela pendant que je suis encore avec vous.

26 Celui qui doit vous venir en aide, le Saint-Esprit que le Père enverra en mon nom, vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.


Jean 15.26

« Celui qui doit vous venir en aide viendra : c’est l’Esprit de vérité qui vient du Père. Je vous l’enverrai de la part du Père et il me rendra témoignage.


Jean 16.7-13

7 Cependant, je vous dis la vérité : il est préférable pour vous que je parte ; en effet, si je ne pars pas, celui qui doit vous venir en aide ne viendra pas à vous. Mais si je pars, je vous l’enverrai.

8 Et quand il viendra, il prouvera aux gens de ce monde leur erreur au sujet du péché, de la justice et du jugement de Dieu.

9 Quant au péché, il réside en ceci : ils ne croient pas en moi ;

10 quant à la justice, elle se révèle en ceci : je vais auprès du Père et vous ne me verrez plus ;

11 quant au jugement, il consiste en ceci : le dominateur de ce monde est déjà jugé.

12 « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pourriez pas les supporter maintenant.

13 Quand viendra l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité. Il ne parlera pas en son propre nom, mais il dira tout ce qu’il aura entendu et vous annoncera ce qui doit arriver.


Mais pourquoi attendre à Jérusalem, pouvaient-ils bien se demander !

Pour eux, c’était la ville où, quelques semaines auparavant, leur Maître avait été crucifié, et où eux-mêmes couraient de grands dangers !


Oui, la promesse du Père s’accomplirait bel et bien à Jérusalem :

- Dieu voulait que son pardon soit offert à la ville la plus coupable, que l’Évangile y soit annoncé en premier lieu : c’est la gloire de la grâce de Dieu !

- Les disciples devaient recevoir l’Esprit Saint dans la ville où ils avaient eux-mêmes abandonné le Seigneur. Ils seraient rendus forts et intrépides à l’endroit où ils s’étaient montrés faibles et lâches. Ainsi il serait évident que la puissance vient de Dieu.

- Son œuvre accomplie, Jésus est monté au ciel et a envoyé l’Esprit ici-bas : son premier acte après avoir été glorifié ! L’œuvre de réconciliation de Jésus devait être couronnée dans la ville même qui l’avait rejeté. Le Seigneur Jésus ne rejetait pas son peuple, il l’aimait.


Le Seigneur réalise ses plans parfaits dans un but que parfois nous ne saisissons pas.


Le Saint Esprit dans le croyant était la seule puissance accordée aux disciples pour remplir leur mission. Aujourd’hui, nous possédons la même et seule puissance qu’eux pour accomplir la nôtre.


Questions :

  • Connaissons-nous le Saint-Esprit comme LA promesse par excellence ?

  • Dans quelle attitude de prière et de patience attendons-nous ce que Dieu nous promet ?

  • Quelle docilité avons-nous pour que les choses se passent où et comme Dieu le veut ?

  • Qu’est ce que cela veut dire pour moi que le Saint-Esprit est la seule puissance pour accomplir la mission ?


Tiré (en grande partie) de « Plaire au Seigneur », dimanche 31 mai 2009


Christian

0 vue

1442 Montagny-près-Yverdon, Suisse

076 596 54 38